Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2008 1 03 /03 /mars /2008 19:52
Pas JB / Thipauganahé / Devoluy.
 
Pour tout vous raconter, heureusement que la plongée au JB a été annulée !
Retour à Dimanche passé : La fièvre me cloue au lit. Difficile, dans ces conditions, d’imaginer monter au refuge de Folly ou même de descendre à -900m.. Lundi, La fièvre est toujours là. Le sorcier consulté me prescrit des antibiotiques et me prédit une guérison rapide. Mardi, la fièvre tombe mais je suis vidé de toute énergie. Qu’à cela ne tienne ! Nous partirons mercredi ou jeudi. Mercredi, ça va mieux. Le méchant microbe a succombé sous les assauts des médicaments et des soins attentifs de Catherine. Soyons fous ! Je tente une sortie jusqu’au pigeonnier du Revest. Ce n’est pas la grande forme mais, Catherine et moi préparons nos sacs pour aller donner un coup de main au déséquipement. Les courses sont faites, la voiture est chargée. Nous décidons de partir le lendemain de bonne heure. Juste avant de nous coucher, je vide mes mails et je tombe sur un message de Michel Guis qui nous indique que tout est annulé pour le Week-end. Il n’y aura plus personne au refuge. Damn’ed ! Ce n’était vraiment pas notre destinée !
 
Le matériel est prêt ! Il ne faut pas le laisser refroidir. Denis nous charge d’aller vérifier les scellements dans le Thipauganahé. Nous voilà donc, jeudi, Catherine et moi, devant l’entrée du gouffre. Nous éprouvons quelques difficultés à décrypter l’équipement imaginé par nos prédécesseurs. Au bout d’une demi heure, pendu aux alentours du premier fractionnement, je réalise un drôle de Mickey et je reprends la descente du Puits de l’A380. Arrivés au sommet de la salle, nous décidons d’utiliser l’équipement en place, laissant à Denis le soin de tester (pester ?) le lendemain les scellements fraîchement posés.
undefined  undefined
Après un rapide tour de la salle (Ha ! Super ! Ho ! Magnifique !), la découverte de petits ossements et d’une perle de caverne – et un petit pipi (Pssssst) -, j’attaque la remontée dès que le « Libre » de Catherine retentit sous la voûte sombre de la caverne aux milles cristaux.
 
Arrivé au fractionnement, mon regard se pose sur mon delta. IL EST GRAND OUVERT ! Et du coup, moi aussi, je suis tout vert ! Une étrange sueur exsude instantanément de chacun de mes pores. Restons Zen ! - me dis-je. Tant que le tout est en tension, rien ne peut arriver. Je fais taire la petite voix qui me rappelle la loi de Murphy et confectionne avec soin un delta de secours avec de la cordelette Dyneema que je tresse entre les boucles de mon harnais, le trou inférieur du croll et la boucle de ma longe. Une fois sécurisé par ce bricolage, je mets toutes mes forces dans la fermeture du maillon. La virole est coincée par la boucle droite du baudrier et il faut que je soulage l’ensemble de mon poids pour visser millimètre par millimètre la virole du MAVC. Le temps passe très vite dans ces conditions et je ne tarde pas à entendre la voix de Catherine qui s’inquiète depuis le sommet du puits. J’arrive – lui crie-je. Tout va bien !
 
Arrivé au sommet du puits, je raconte ma mésaventure à Catherine et lui promet de m’acheter un maillon à virole automatique.
 
Il nous reste 3 petits jours de vacances et nous décidons de partir étrenner dans le Dévoluy mes belles chaussures et mes raquettes achetées tout spécialement pour aller au JB. Départ vendredi 14h00, Destination la cabane du Camarguier. Nous arrivons en fin d’après-midi au Grand Villard. Nous laissons le Kangoo à la sortie du hameau et prenons la piste qui grimpe vers la cabane. 45 minutes de marche suffisent pour rallier notre but. Il n’y a personne. Le gîte est superbe. Une table, 2 bancs et surtout un petit poêle à bois qui ne tarde pas à ronfler de bonheur et de conserve avec nous. Au petit matin, des voix de skieurs nous réveillent. Nous faisons une grasse matinée bien méritée. Vers midi, les skieurs sont de retour. Ils ont fait l’aller-retour jusqu’à la traversée olympique. Nous discutons matos, spéléo et cabane et ils reprennent le chemin de la civilisation. Nous chaussons les raquettes et partons pour une virée dans le vallon du Villard. Le vent qui descend des sommets nous chasse et nous repousse, à grandes bourrasques, jusqu’au Chorum des fontaines. C’est un peu court pour Catherine mais bien suffisant pour ma convalescence. Nous profitons une dernière nuit de l’hospitalité de la cabane du Camarguier, et, après un pèlerinage aux « Grandes Gillardes », reprenons la route de TOULON. Fin des vacances….et début de nouveaux projets d’explorations sur ce beau massif. Pourquoi pas commencer par une petite traversée Gnocchi-Forcenés dès que la neige aura encore un peu fondu ? Que les volontaires se fassent connaître !

undefinedundefined
C@therine   &   M@rcel



Partager cet article

Repost 0
Published by Aven Club Valettois - dans SPELEO
commenter cet article

commentaires

Le bureau

Denis 2

Président :

KNECHT Denis     
    
Secrétaire :

PASCOUET Jean-Claude
Trésorier :

PAUL Marcel

 

Vice Présidente :

BOURLON Patricia
      

Secrétaire adjoint :

 

MOURAU fabrice

 

Pour nous contacter :

contact@avenclub83.fr

Programme

Articles Récents