Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 01:52

Pour ceux qui auront la patience de lire :

09/03

Depuis Palo Uno, Mac-Mac et June nous accompagne vers ce que nous espérons être la resurgence de Mawoyog.


Nous découvrons le porche de MAGBALOGO qui absorbe une belle rivière.


Plus loin, une petite resurgence, MASLOG, semble trop intime pour correspondre aux volumes de Mawoyog.


La perspective d’explorer Magbalogo, en tous cas, nous incite à venir installer notre camps dans ce secteur.

10/03

Nous sommes partis de Palo Uno avec armes et bagages. 11 porteurs nous accompagnent. La marche est assez courte pour atteindre l’entrée de MAGBALOGO, repérée la veille. Nous y tendons nos toiles et nos hamacs. Stephane et Gilles sont motivés pour aller topographier la zone explorée la veille.

11/03

Il a plu toute la nuit La rivière roule des eaux rouges et tumultueuses. Le niveau est monté de 50 à 60 cm. Il est hors de question de mettre un pied sous terre dans ces conditions. Il tombe des trombes d’eau toute la journée. Nous profitons d’une accalmie pour prospecter autour du campement. Nous traversons la rivière pour remonter le thalweg qui mène à la grotte fossile explorée le 09/03 sans grand succès. Nous revenons jusqu’à la rivière et traversons en aval du canyon qui la précède en prenant mille précautions car le torrent est toujours furieux. Stephane devine une entrée en haut d’une pente ? C’est une entrée supérieure qui débouche en plafond a quelques dizaines de mètres en aval du porche d’entrée.

12/03

Les averses se sont calmées mais la rivière est toujours en crue. Nous décidons d’aller prospecter en amont de la rivière SULAT qui borde le massif. Nous espérons en remonter les affluents et découvrir des résurgences, dont, pourquoi pas, celle de Mawoyog. Nos guides sont formels, ils n’y a qu’un seul affluent en rive droite (coté Mawoyog). A sa source une grotte : MABUSAG. Nous explorons 250 mètres de conduits très aquatiques en levant la topographie. Nous stoppons en raison de l’heure sur un passage d’où sort un violent courant d’air très prometteur.

13/03

Il aura fallut plus de 24 heures pour que la rivière de Magbalogo ne retrouve son étiage. C’est le moment ou jamais d’y faire une pointe. Le soleil montre son nez lorsque nous pénétrons sous le porche vers 12h00. Nous formons deux équipes pour optimiser nos travaux. Stephane, Gilles, CathyR et Zar partent devant explorer et topographier la suite de la galerie principale. Cathy, Joni et moi nous lançons dans une escalade pour aller voir une galerie fossile en plafond en rive droite. Nous y enchaînons les malheurs : La galerie n’est qu’une petite salle et je perd l’œilleton du compas en essayant d’essuyer la buée qui s’y est incrustée. Le minuscule mais indispensable bout de plastique m’échappe des mains et disparaît entre les blocs de la trémie. Dégoûtés, nous essayons de rejoindre le premier groupe mais ils ont pris trop d’avance sur nous. Nous visitons de vastes galeries. La rivière, même basse, nous pose de nombreux problèmes. Avant de faire demi-tour, nous atteignons une immense salle abritant une colonie de chauves-souris. Nous sortons à 16h30. Les autres ressortirons à 19h30, fourbus et ravis mais avec une mauvaise nouvelle : ils se sont arrêtés sur un siphon. La grotte pénètre la montagne comme in coup d’épée sur un kilomètre avant de faire un brusque virage et de se terminer sue une zone fracassée. L’eau s’engouffre dans un pertuis siphonnant Ave un fort courant extrêmement dangereux.

14/03

Aujourd’hui, nous retournons à Mabusag continuer l’exploration qui s’était arrêtée à 250m de l’entrée malgré les courtes averses de la nuit. Catherine R. A eu son plein d’émotion hier et reste au camps pour un repos bien mérité. June nous guide jusqu’à l’entrée où nous nous équipons rapidement en scrutant les nuageux qui s’accumulent dans le ciel. Gilles a décidé de pousser la prospection plus au sud de la montagne pour rechercher d’autres affluents de la rivière Sulat. Il part seul avec son bâton en rotin et son petit couteau dans la poche. Nous apprécions la fraîcheur du bains forcé de la voute d’entrée de Mabusag et atteignons rapidement notre dernier point topo. Nous relevons les mesures en avançant, les vingt premiers mètres sont aquatiques nous n’avons pas pied. Les parois et le plafond forment un passage d’à peine un mètre de coté au-dessus de l’eau. La galerie s’élargit et nous pouvons reprendre pieds pour parcourir la suite de la cavité. Nous avançons rapidement en levant la topographie jusqu’à une cascade violente qui semble remplir tout l’espace entre les gros blocs effondrés. Zar me demande d’éteindre la lumière, je peux voir alors la cascade s’illuminer, la lumière du jour nous attend juste derrière. Stéphane et Cathy nous rejoignent. Je me sens des ailes et d’un pas acrobatique j’escalade les rochers entre les projections. L’obstacle passé je lève la tête, un grand bout de ciel se découpe 50m au dessus de moi . Nous sommes à la base d’un grand puits ouvert sur la jungle. La végétation dévore la parois verticale. Stéphane me lance une corde pour assurer mes camarades pour qu’ils puissent me rejoindre en toute sécurité. Nous traversons la base du puits pour retrouver le cours du ruisseau souterrain qui hélas se termine sous un siphon entre la parois et des blocs cyclopéens. Après une séance photos nous prenons le chemin du retour, un peu déçus mais surtout émerveillés par la beauté du site. Nous retrouvons Gilles à la sortie. Il a remonté un affluent de la rivière de Mabusag sur plusieurs centaines de mètres entrecoupé de grandes cascades sans en atteindre la sortie. « Tu as raison, »me dit-il « toutes les rivières ne sortent pas d’une grotte » Nous rentrons au camp juste avant la tombée de la nuit et nous fêtons dignement ces moments en trinquant à la beauté de nos découvertes.

15/03

Gilles et les deux Cathy suivent June, notre guide local, jusqu’à la résurgence supposée de Magbalogo. A 500 mètre à vol d’oiseau de la rivière Sulat, nous traversons le jardin de June pour remonter le ruisseau avant d’aboutir sur une série de petites cascades et les jolies marmites remplies d’une eau turquoise qui nous donne envie de nous baigner. Le débit de l’eau nous informe que ce n’est pas la résurgence de Magbalogo. C’est une jolie cavité très joliment concrétionnée qui se termine 150m plus loin sur un siphon. Nous terminons la topographie vers midi, c’est l’heure du pique-nique sur la berge de Sulat et l’heure de la première douche venue du ciel. Nous traversons et longeons le fleuve en rive gauche mais le canyon à fort débit ne nous permet pas de le retraverser pour repérer l’éventuel affluent venant de Magbalogo. Les averses sont plus drues, nous retournons au camps en espérant que Stéphane et Marcel sont ressortis de leur cavité.


Nous le sommes : La séance d’exploration a été de courte durée.



Déjà, partis sans guide, nous avons retrouvé la cavité. C’est déjà pas mal.


Le ciel est bas lorsque nous y pénétrons. Le plafond aussi. C’est pas très grand et il y a beaucoup d’eau. Nous décidons d’explorer a l’aller et de cartographier au retour. En quelques minutes nous sommes rendus au terminus. Le plafond rejoins la surface de l’eau. Nous avons passé 2 voutes mouillantes. Rien ne nous incite à rester longtemps dans ces parages. Dans une galerie annexe, nous avons la surprise de trouver des d&pots bleus sur les plafonds. Je prends quelques photos et un échantillon.


Une pluie violente nous accueille à la sortie. Nous nous abritons sous un tronc pour déguster un fond de salade de pâtes avant de rentrer au camp où nous partageons nos aventures avec nos camarades.

16/03

Il est tombé la mer et les poissons cette nuit. Et ça continue !


L’objectif du jour était de retourner prospecter en aval de la SULAT pour y trouver la résurgence de MAGBALOGO. Je dirais bien que ça tombe à l’eau si ce n’était plutôt l’inverse.


Ce sera donc repos au camp. Les 2 Cathy se d&vouent pour aller topographier la galerie fossile explorée le 11/03.

17/03

Debout 6h00. Démontage du camp et retour à Palo Uno. Nous déposons la plupart de nos affaires chez Mac-Mac et prenons le chemin de BORONGAN pour un WE de détente : Lits moelleux, Restaurant, plage...

Magbalogo N 11°44’31“ E 125°21’53“

Mabusag N 11°43’56“ E 125°21’8“

Partager cet article

Repost 0
Published by ACV
commenter cet article

commentaires

Le bureau

Denis 2

Président :

KNECHT Denis     
    
Secrétaire :

PASCOUET Jean-Claude
Trésorier :

PAUL Marcel

 

Vice Présidente :

BOURLON Patricia
      

Secrétaire adjoint :

 

MOURAU fabrice

 

Pour nous contacter :

contact@avenclub83.fr

Programme

Articles Récents