Mercredi 23 octobre 2013 3 23 /10 /Oct /2013 21:39
- Par ACV

Je (Marcel) reprends la plume après quelques mois de silence.

 

14 Avril 2013
Debout à 6h00, nous bouclons les sacs, faisons nos adieux à la famille de Rhine et embarquons dans un nouveau Van a destination de CATBALOGAN.  Il nous faudra subir toute une longue journée de transports avant de poser nos sacs au « Summer garden » où nous commençons à avoir nos habitudes. Daryl nous demande s’il peut nous accompagner dans la suite de nos aventures. Même s’il n’a pas d’expérience spéléologique, c’est un « montagnard » qui a baroudé et gravit de nombreux sommets dans l’archipel. Joni accepte de lui prêter un équipement spéléo complet et nous serons donc quatre à nous rendre à San jose de Buan pour tenter d’accéder à ce secteur qui nous a toujours été interdit à cause de la présence de la Guérilla.

 

phi00013


17 Avril 2013.
Après 2 jours de préparatifs, les sacs sont chargés sur le toit du bus qui nous emporte sur la piste défoncée qui, passant par CALAPI, où nous avions été stoppés en 1995, se poursuit, en se dégradant à chaque nouveau kilomètre vers San Jose de Buan. Je pèse les paroles rassurantes de Joni - « Il n’y a plus de problèmes à SJdB. ». Nous verrons si c’est bien le cas…. Le bus nous dépose devant la mairie. Nous devons faire le parcours administratif le plus rapidement possible et trouver des porteurs. Nous sommes bien rodés maintenant : Les militaires enregistrent notre présence. Le maire, en pleine campagne électorale, nous fait signer le livre des visiteurs. L’officier de police prend nos coordonnées. Une certaine tension est palpable mais personne ne nous empêche de continuer. ZAR connait un guide local. Il nous reste un peu plus de deux heures de jour pour rallier le village de San Nicholas qui est notre destination finale.Dés la sortie de la ville, le chemin grimpe brusquement pour atteindre un plateau que nous traversons. Au loin le Karst découpe ses tourelles sur le ciel qui s'embrase avec le coucher du soleil.

 

phi00011

 

Il fait nuit noire lorsque nous y arrivons. La nuit tombe rapidement à cette latitude. Le village est  tassé dans la boucle d’un méandre de la Bianca Aurora à une dizaine de kilomètres en amont de SULPAN PINIPISAKAN exploré en 1991. Nous emménageons chez la « Barangay Captain ».Beaucoup de monde défile dans la soirée pour voir ces drôles de visiteurs que nous sommes. ZAR et DARYL expliquent nos objectifs : Explorer des grottes… Ça discute ferme… Il y en a ! Mais personne n’est disponible pour nous accompagner malgré le salaire proposé.

 

phi00001

 

18 avril 2013 :

La discussion a duré jusqu’à très tard dans la nuit. Au petit matin, finalement, nous avons un volontaire pour nous guider vers une cavité toute proche. Nous ne boudons pas notre plaisir et  le suivons à travers les collines brulées qui entourent de village. La forêt primitive n’est qu’un vague souvenir calciné. De petits groupes de villageois taillent coupent, plantent, récoltent bambous, bananiers, cocotiers, manioc, patate douce. Nous pénétrons enfin sous la fraicheur du couvert végétal pour grimper vers une pyramide de calcaire bien visible. Un large porche s’ouvre à son sommet. Catherine trouve un passage entre deux blocs et débouche… de l’autre côté de la colline.

 

phi00002

 

Qu’à cela ne tienne, notre guide connait une autre cavité avec une rivière  à l’intérieur. Après de nombreux détours, force est de constater que nous sommes revenus sur nos pas sans le vouloir. L’après-midi est déjà bien entamé. Nous rentrons au village. Notre présence attire beaucoup de monde autour dela maison. Il y a foule toute la soirée. Nous essayons de négocier un guide vers d’autres cavités signalées qui nous semblent très intéressantes mais nous buttons toujours sur le même refus poli. Nous profitons de la soirée pour répondre aux questions de nos hôtes sur nos activités souterraines et parler technique avec ZAR et DARRYL (nœuds, techniques de réchappe, sécurité).

 

 

phi00003

 

19 avril 2013 :

Nous changeons de guide et partons vers cette fameuse grotte avec rivière…. Après une paire d’heure de marche, nous arrivons dans un fond de vallon où courent les nombreux méandres d’une petite rivière. Nous débouchons dans une sorte de « fin du monde ». Nous escaladons un  premier ressaut et notre guide nous montre une minuscule ouverture entre des blocs. Tout ça pour ça ? Zar et Daryl s’y faufilent. Je pose mon sac et prépare mon casque sans enthousiasme. Ils ne reviennent pas. Je les suis. A quatre pattes, puis à plat ventre. Quelques belles araignées, des criquets mais surtout un fort courant d’air qui indique à coup sûr une autre entrée. Je ressors. Je fais comprendre à notre guide qu’il doit y avoir une autre entrée. Il me désigne un point 50 mètres plus haut. Nos camarades ressortent tout crottés. Ce n’est pas large…. Nous grimpons jusqu’à un petit porche qui surplombe une salle concrétionnée.

 

phi00007

 

Une courte désescalade permet de rejoindre la galerie entrevue précédemment en évitant les étroitures. Nous topographions 300 de petites galeries hébergeant une colonie de chauves-souris pour nous arrêter sur un passage aquatique peu engageant.

 

phi00012

 

En redescendant dans le vallon nous trouvons, toute proche, la résurgence impénétrable qui correspond à l’aval notre cavité. Retour au village. Malgré notre insistance, nous ne trouvons pas de guide pour poursuivre nos recherches les jours suivants. Nous décidons donc de lever le camp dès le lendemain et de rentrer vers Catbalogan. La maison est toujours envahie et entourée de curieux qui viennent, tour à tour, discuter, jouer un morceau de guitare, fumer une cigarette avec nous. Puis, étrangement, la maison est barricadée et c’est extinction des feux.

 

phi00008

 

20 Avril 2013.

Nous faisons nos adieux à nos hôtes. Nous partageons avec nos guides nos provisions désormais inutiles et prenons la route de San Jose de Buan sous un soleil de plomb. Sacré bavante ! Nous arrivons juste pour sauter dans le bus qui part vers Catbalogan. Le chauffeur stoppe quelques minutes devant le camp militaire pour nous permettre de signaler notre départ. Arrivé à Catbalogan, nous trouvons Sherwin chez Joni. Il est aux anges. Il vient de passer 3 jours à essayer de nous laisser des SMS pour nous prévenir de combats entre guérilla et armée dans le secteur de San Nicholas : 2 soldats tués le 18/04,  3 rebelles tués le 19/04. Cela met instantanément en perspective les refus de nous accompagner en forêt, la présence constante de nombreuses personnes autour de la maison et le black-out du dernier soir. Nous avons pris la bonne décision mais surtout nous avons maintenant de bons contacts pour une prochaine tentative en 2015. Il nous reste une poignée de jours et beaucoup trop de projets pour tout faire….

 

phi00014

 

22 Avril 2013.

Après une courte journée de repos relatif, nous laissons Joni et un couple de hollandais à Jabongpour une promenade tariffée dans LOBO CAVE. Nous poursuivons notre route pour reprendre l’exploration de Ka-bito-han que nous avions commencée en 2009 avec Laurent JOVET. Nous nous présentons au Barangay Captain en plein milieu de la fête annuelle du village. Après quelques palabres et une petite collation festive, il nous affecte un guide local, hélas déjà dans un état d’ébriété avancé. Il nous accompagne vers une cavité qui n’est pas du tout celle escomptée. C’est une belle entrée où plonge un ruisseau. Ce puits de 15 mètres sera parfait pour une séance d’initiation à la progression sur corde. Nous nous équipons pendant que notre guide ronfle bruyamment au pied d’un arbre. D’après notre accompagnateur, Joni y est déjà descendu et il serait ressorti plus loin dans la foret. En fait c’est un simple puits-faille au fond complètement colmaté. L’eau se perd entre les blocs. Zar et Darryl suivent nos démonstrations et c’est ensuite leur tour de  s’essayer à toute sortes de manœuvres : descente, remontée, passage de nœud et décrochage. Le temps passe vite et il nous faut repartir. Nous écourtons aussi poliment que possible notre traversée du village et piquons un sprint jusqu’à la route (ça descend !) pour être sûr  d’attraper le dernier bus.

 

 


 

 

 

 

23 Avril 2013

Joni nous a proposé la descente d’un canyon qui arrive dans Catbalogan. Après quelques minutes de tricycle nous sommes sur un sentier qui suit la conduite qui alimente en eau la ville de Catbalogan. Nous longeons la rivière et apercevons les cascades qui ponctuent son parcours. Nous nous équipons devant le petit barrage ou démarre la canalisation. Joni a déjà accompagné des clients dans ce canyon mais il y a peu d’eau cette fois-ci et sa couleur n’incite pas à boire la tasse (penser à fermer la bouche en sautant !). C’est surtout l’occasion de rabâcher les consignes de sécurité minimum : rappel débrayable, reconnaissance systématique des vasques avant de sauter, casques et gilets obligatoires,…). A la dernière vasque, Joni, malgré nos recommandations, veut sauter. Impossible de le dissuader ! Il ressort en grimaçant de la vasque. C’est son second saut dans cette cascade et sa deuxième entorse. Il confirme nos doutes, et, espérons-le, les siens : Ne pas sauter à cet endroit ! Nous faisons un atelier secours : Strap / civière improvisée. Il finit la marche de retour à cloche-pied et tout blême !

 

 


 

 

 

 

25 Avril 2013

L’entorse de Joni est immobilisée. Toutes les bonnes choses ont une fin. Nous répartissons entre JONI et ZAR le lot de matériel spéléo (2 sherpas,+ 2 matos complets +  2 combinaisons + 2 casques + 60m de Kordass ) ainsi qu'un ordinateur portable - don d'IT-CE. Départ de Catbalogan. Il nous reste une petite semaine pour nous reposer de nos aventures avant de rentrer en France.

 

phi00004

 

27 Avril 2013

Cap sur Palawan et sa fameuse « Saint PAUL underground river ». Nous y ferons une courte incursion parmi les hordes de touristes mais une infection au coude, contracté certainement dans l’eau du canyon de Catbalogan, me vaut une bonne fièvre, et un énorme abcès au coude qui nécessitera une petite chirurgie à Puerto Princessa.

 

phi00010

 

03 Mai 2013 – Retour à Manille
05 Mai 2013 – Arrivée à Marseille à 23h00 - Reprise du boulot le lendemain à 8h00.

 

En conclusion : Encore une belle aventure humaine et spéléologique. Une grotte qui nous attend pour nous livrer de nouvelles découvertes. Un nouveau secteur entraperçu qui reste à explorer. Des contacts avec d'autres spéléos francais et italiens pour des projets d'explorations communs sur l'ile de SAMAR.

 

Quelques volontaires varois se sont déjà manifestés pour se joindre à nous la prochaine fois. N'hésitez pas à nous contacter

 

VIVEMENT 2015

 

K@tee et M@rcel

Retour à l'accueil

Le bureau

Denis 2

Président :

KNECHT Denis     
    
Secrétaire :

PASCOUET Jean-Claude
Trésorier :

PAUL Marcel

 

Vice Présidente :

BOURLON Patricia
MARTINEZ Sophie       

Secrétaire adjoint :

 

MARTINEZ Sophie

 

Pour nous contacter :

contact@avenclub83.fr

Catégories

Programme

Samedi 9 mars : Sortie initiation

Images aléatoires

  • baume-robert-295.jpg
  • cercueil-_72_.jpg
  • trabuc-655.jpg
  • baume-robert-035.jpg
  • Pascale
  • montfleury-30.jpg
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés