Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juillet 2009 7 19 /07 /juillet /2009 18:27

Vendredi - L'enneigement exceptionnel de cet hiver a laissé de nombreux névés sur le massif et retardé l'ouverture de la piste. C'est le premier WE de l'année où la piste est ouverte. Il reste encore un névé juste avant le col des Seigneurs. Nous saurons plus tard que Jo a été obligé d'en retailler un autre, un peu plus loin, plus petit mais qui empêchait le passage de tout véhicule. Il n'y a personne au refuge à notre arrivée. Jo et Pascal (La Trompe) sont allés prospecter dans le vallon de l'âne. Nous plantons la tente en 2 secondes et y installons notre petit nid douillet. Les nuits restent fraîches à cette altitude (2150m). Jo et La trompe reviennent de leur prospection. Ils ont, entre autres, retrouvé une entrée intéressante repérée et marquée par Jo en 1984 (Titre du livre où Georges ORWELL inventait HADOPI et LOPSI 2).

 


Samedi - Après une petite heure de cuisson à feu doux, le soleil, implacable, nous porte à ébullition à 9h30. Impossible de résister : il faut se lever. Après un bon petit dej', K@tee et moi préparons quelques affaires et nous voilà partis tous les quatre pour le fin fond de la Conca delle Carsene. L'année dernière nous y avions effectué un raid de prospection qui nous avait mené vers le col del Ducca. Jo y avait retrouvé des entrées dont une avec un fort courant d'air. Tout en restant légers, nous partageons la charge d'un perforateur et 2 jeux de batteries, deux casques, nourriture, eaux, vêtements chauds. Ca finit par faire un bon sac chacun. Nous imaginons déjà la marche d'approche avec les cordes et tout le matériel ! Il y a des trous qui devraient réfléchir avant de souffler ! Nous faisons une halte sur le chemin pour ouvrir le BELUGA. Jo respire à pleins poumons l’air glacé qui s’échappe du gouffre. C’est limite bouche à bouche. L’excitation des explorations à venir se lit dans ses yeux. Deux heures d’efforts sont nécessaires pour atteindre la petite doline au milieu des pins bonzaïs, torturés par les hivers redoutables à cette altitude. Jo l'a baptisé du nom de la déesse de la terre : PACHAMAMA. La neige est toujours présente dans l'entrée. Jo et Pascal se relayent pour élargir le passage. K@tee et moi remontons vers les crêtes et le sentier en élevant des cairns pharaoniques. Le temps passe trop vite et déjà l'après-midi touche à sa fin. Le gouffre n'a pas cédé mais nous n'avons pas dit notre dernier mot. Les sacs sont plus légers, la chaleur de la journée fait place à un petit vent frais qui nous incite à prendre le chemin du retour. Deux heures de marche plus tard nous déchargeons les sacs dans la cave du refuge. Carlo nous accueille. C'est son premier séjour au refuge. Il est venu avec son épouse - Anne - et Cathy qui n'avait pas pu monter avec Jo. Tout le monde est bientôt réuni dans le refuge pour un repas gastronomique. Pierre et Marco en profitent pour arriver et compléter la tablée.

 

Dimanche - Le soleil nous chasse de la tente à 9h00. Départ pour le vallon de l'âne. Carlo nous fait découvrir les nombreuses fonctionnalités de son Iphone : Gps couplé avec Google-Earth, sismographe, caméra, etc... Nous élargissons l'entrée retrouvée deux jours plus tôt. Je retire quelques blocs et Pascal peut s'enfoncer dans la faille. Il disparaît quelques minutes avant de revenir vers la surface. La faille plonge en deux ressauts jusqu'à -14m environ avant d'être à nouveau obstruée par des blocs. Le courant d'air semble moins évident au fond. Une seconde entrée est ouverte sans plus de succès. Il est grand temps de revenir vers le refuge pour un bon barbecue. Marco nous prépare de mémorables Tomates-Mozzarella. Carlo prépare la Socca. J'officie auprès des braises. Une montagne de charcuterie, de merguez et de côtes de porc arrosées de vin rouge plus tard, nous avons à peine assez de force pour nous traîner jusqu'à la tente pour une bonne sieste digestive. Le brouillard en profite pour envahir le massif. Marco, Pierre et la Trompe nous quittent pendant la sieste.

 

Lundi - Le brouillard a disparu dans la nuit. Le soleil nous expulse sans ménagement de notre tente. Mais que fait le D.A.L. ? Départ pour le BELUGA, avec juste une batterie, le perforateur et les amarrages. Les cordes sont déjà sous terre. Nous voulons essayer d'ouvrir un passage en tête du P30 qui pourrait donner vers un réseau indépendant de celui exploré précédemment. Finalement, nous descendons à quatre (Jo, Anne, K@tee et moi) dans le P30 et élargissons légèrement le passage qui donne vers le fond. Retour à la surface. La descente du Pas du Scarasson est encombrée d'un long névé. K@tee se ceint de son protége-combi en texair et se laisse glisser jusqu'en bas de la pente. Ca glisse (peu) au pays des merveilles ! Retour au Refuge. Repas Gastronomique.



 

Mardi - Dernier jour. K@tee et moi allons faire une grande balade : Pas du Scarasson, Bec de l'Aigle, col de l'Armuse, retour par le plan Navella. Trois heures de marche pour nous ouvrir l'appétit et ramasser une poignée de fleurs sauvages au bord des falaises. Après un nouveau repas pantagruélique, Jo referme le refuge. C'est l'heure de rentrer à Nice pour nos camarades. Nous restons encore une paire d'heure pour profiter du soleil qui joue avec les nuages et le vent, peu pressés de quitter cet endroit idyllique où poussent les epiaires, les épilobes et les saxifrages. Il le faut pourtant, mais nous reviendrons, en Septembre, car nous passerons le mois d'août en Albanie. Mais ça, c'est une autre histoire....


M@rcel & K@tee

Partager cet article

Repost 0
Published by ACV - dans SPELEO
commenter cet article

commentaires

Le bureau

Denis 2

Président :

KNECHT Denis     
    
Secrétaire :

PASCOUET Jean-Claude
Trésorier :

PAUL Marcel

 

Vice Présidente :

BOURLON Patricia
      

Secrétaire adjoint :

 

MOURAU fabrice

 

Pour nous contacter :

contact@avenclub83.fr

Programme

Articles Récents