Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2008 3 27 /02 /février /2008 00:13

            Compte rendu Jean Bernard 2008 .

 

Après la réception d’un mail de Chouchou concernant une sortie au Jean Bernard nous décidons avec Bertrand de faire partie de l’aventure - paisible. Nous prenons contact avec un des plongeurs Michel GUIS qui nous en dira plus long sur cette explo.

Après quelques coups de téléphone et quelques heures de voiture – paisible - nous voilà à Samoëns où nous retrouvons les plongeurs Laurent TARAZZONA et Michel. Après un pique-nique devant la caserne des pompiers, nous montons au parking de Latay, départ du sentier montant au refuge de Folly.

 

                                                                                        

 

  undefined

Il fait un grand soleil et cela inquiète quelque peu les plongeurs sur la réussite de la plongée. Un coup d’œil sur le ruisseau passant en contre bas du parking nous fait dire que la plongée du siphon pourrait être compromise. En effet, il y a beaucoup d’eau et elle est marron, c’est pas bon.
 

Nous partons donc chargés pour deux heures de marche –paisible - en direction du refuge. A mi-parcours nous chaussons les raquettes et nous arrivons sous un grand soleil au refuge où une partie de l’équipe se fait dorer au soleil sur des karimats - paisible. Rencontre avec le Club Vulcain et le grand patron Bernard LIPS. Les plongeurs lui font part de leurs inquiétudes mais Bernard est optimiste ‘il gèlera cette nuit’ pas de problème. 

folly.jpg

Nous faisons partis de l’équipe 4 et notre mission est de descendre le matériel des plongeurs à -1000 - paisible ! Nous ferons équipe avec Josiane Lips et Olivier, avant le repas Josiane nous amène nos charges : pour Bertrand et moi ce sera une bouteille de plongé de 3 litres chacun !!

Après un repas copieux et arrosé nous décidons d’aller nous coucher dans le refuge d’en haut. Il est 21h et ça fait longtemps que l’on ne s’est pas couché à cette heure là.

Grand luxe, lits superposés et matelas confortables où nous passerons une nuit réparatrice en compagnie des deux plongeurs.

Le matin nos craintes se confirment : le redoux est toujours présent et, dans la nuit, la neige n’a pas gelé, pire elle continue de fondre. Nous croisons les équipes parties la veille avec mission d’équiper le trou jusqu'à -900m. Ils se sont arrêtés à -850m, faute de cordes, et ils nous disent que tous les kits sont sur une grande vire. Ils nous disent qu’il y a de l’eau dans le collecteur et tous sont d’accord pour dire que le débit de la rivière a grossi entre leur descente et leur remontée.

A 10h, réunion au refuge d’en bas où la décision est prise : pas de plongé cette année. C’est trop dangereux, surtout que le redoux s’est installé et que la météo prévoit de la pluie pour mardi. Notre missions est donc d’aller chercher les kits laissés à -850m. Nous descendrons donc à vide, ce qui nous rassure un peu car les kits de plongée sont bien lourds.

Une équipe de six personnes est créée. Laurent, Michel, Mathieu, Olivier, Bertrand et moi même avons donc la lourde tâche de remonter ces kits au bivouac de -500m.

Mathieu et Olivier partent en premier pour la marche d’approche d’une heure qui mène a l’entrée du trou, nous passerons par le V4.

Une demi heure plus tard le reste de l’équipe part et sous les conseils d’un des vulcains nous emprunterons le chemin de la Combe aux Puaires mais nous avons dû louper la sente remontante et nous voilà partis dans la mauvaise direction nous devons donc couper et faire notre propre trace pour rejoindre l’entrée du trou. Ce qui rallongea notre approche d’une bonne demi-heure. Nous voilà enfin devant l’entrée.

Nous nous changeons rapidement dans la neige et Bernard nous demande d’être rapides entre -500m et -900m pour éviter la crue.

Nous nous engouffrons vers 14h30 dans le trou notre premier objectif est de rejoindre rapidement le bivouac de -500m. Nous commençons notre descente par un long toboggan gelé et veiné de glace qui descend jusqu’à la côte -100m, nous enchaînons ensuite le puits Alain et le puits des Savoyards où s’ensuivent des passages entre des blocs et quelques ressauts qui nous amènent dans l’actif, et c’est actif !

L’eau est froide et les puits sont arrosés.

La rivière emprunte un méandre lisse et sculpté. C’est magnifique !

Quelques passages aux pieds des cascades sont sur-ventilés.  Les embruns et le froid nous transpercent le corps. C’est l’enfer ! On ne s’entend pas parler.

Nous quittons l’actif pour emprunter le puits de la Gourance, passage shuntant le morceau du réseau effondré où nous descendons de 30m pour remonter de 30m, c’est un shunt fossile où tout est glaiseux.

Nous arrivons au bout de deux heures au bivouac de -500m qui se trouve au bord de la rivière où nous faisons une pause : thé, soupe et conté nous font repartir de plus belle .De -500m à -900m nous sommes dans le collecteur. Méandres, cascades et ressauts s’enchaînent. Après 1h30 de progression nous voilà à -850m où les kits nous attendent sagement.

Nous y retrouvons Olivier qui nous dit que Mathieu est parti seul voir le siphon à -1000m. On a quelques inquiétudes à son sujet et nous lui laissons un mot. Olivier, arrivé avant nous, commence à avoir froid et à trouver le temps long. Il lui a donné une heure de rendez vous et il est à l’heure. Tout va bien et après une courte pause nous prenons le chemin de la sortie, chargés d’une bouteille de plongée. Les puits s’enchaînent, bien arrosés et la remontée est plus humide que la descente. Bertrand ne guide pas sa remontée dans un rappel dirigé et fini sous la cascade. Il commence à avoir des crampes et on se fait un peu de soucis pour lui. Mais le moral est bon.

Et après quatre heures de progression nous voilà arrivés au bivouac de -500m. Il est 23h et nous décidons de faire une bonne pause pour sortir de jour. Bertrand est trempé, frigorifié et a du mal à se réchauffer, mais le moral est bon.

A 00h30 nous prenons la décision de repartir. Ayant divisés nos charges les kits sont plus légers et ca fait du bien.

La remontée est longue et il fait très froid. Bertrand est en hypothermie et sa progression est de plus en plus lente, chaque mouvement devient pour lui difficile mais le moral est bon.

Content de sortir du collecteur nous retrouvons les grands et magnifiques puits qui nous donnent accès au toboggan gelé.

Nous sommes heureux de retrouver la neige ayant pris un peu d’avance avec Laurent nous nous changeons et nous attendons le reste de l’équipe qui ne tarde pas à arriver .Bertrand est trempé, gelé, boueux, frigorifié, affamé mais heureux. Il est 7h30 et nous avons passé 17h sous terre.

Dehors, mer de nuages sur la vallée, le soleil se lève que demander de mieux ? Génial !

Nous partons pour une heure de raquettes bien lourdement chargés des kits que nous avons remontés. Après plusieurs gamelles nous retrouvons la douce chaleur du refuge.

Après un bon repas, nous plongeons dans nos duvets d’où nous émergeons vers 13h. Nous préparons nos sacs, avalons une petite collation et nous voilà partis pour deux heures de descente jusqu’au parking où nous arrivons éreintés. Après quelques « au revoir » nous prenons la route. 7h de voiture nous attendent et nous arriverons à Nice à 01h00 du matin, enfin à la maison - paisible.

Bonne expérience, bonne ambiance, accueil chaleureux, trou hors du commun. Merci les Vulcains et les autres, à très bientôt.

 

Merci à tous et à l’année prochaine si une sortie est prévue.

 

On sait que tu as eu peur Marcel !!, mais l’année prochaine tu seras sanglé à une bouteille de plongée !! Con !
Adrien.undefinedundefined

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Aven Club Valettois - dans SPELEO
commenter cet article

commentaires

Le bureau

Denis 2

Président :

KNECHT Denis     
    
Secrétaire :

PASCOUET Jean-Claude
Trésorier :

PAUL Marcel

 

Vice Présidente :

BOURLON Patricia
      

Secrétaire adjoint :

 

MOURAU fabrice

 

Pour nous contacter :

contact@avenclub83.fr

Programme

Articles Récents