Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 juin 2016 7 26 /06 /juin /2016 14:49

REGAÏ DE

 

NEOULES

 

25 juin

 

-------------------------------

Participants :

Patricia, Jean-Claude

Pascale, Grégory, Justyna, Mathieu, Damien et Nicolas

-------------------------------

 

 

Sortie découverte réalisée à la demande de Pascale et Grégory habitant à Néoules et désireux de découvrir et faire découvrir à leur amis venus des 4 coins de la France le patrimoine souterrain de leur commune.

 

 

Rendez-vous à 15H directement sur le parking officiel. Il fait 32°C !!! Nous décidons donc de ne pas nous préparer sur place mais à l'entrée de la cavité.

 

 

Après quelques explications au niveau de l'entrée historique, nous descendons au niveau du porche pour nous préparer.

 

Régaï de Neoules
Régaï de Neoules

 

 

 

 

 

 

15h40 : C'est parti avec un peu de ramping pour se mettre en condition.

Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules

 

 

 

 

 

 

Ouf, ça s'élargi un peu...

Régaï de Neoules
Régaï de Neoules

 

 

 

 

 

Nous voici arrivés au 1er lac. Sur le coté ou dans l'eau? Après rapide réflexion, tout le monde choisi de passer dans l'eau pour se rafraîchir. De toute façon il faudra mettre les pieds dans l'eau un peu plus loin...

Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules

 

 

 

 

 

 

Premier point technique à franchir avec une petite escalade

Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules

 

 

 

 

 

 

 

 

On continue la progression pour arriver au 2ème lac qu'on traverse directement

Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules

 

 

 

 

 

 

Petit détour vers la salle des carottes avec une petite étroiture à négocier

Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules

 

 

 

 

 

 

Nous continuons la progression vers la salle du sable ou nous faisons une petite pause ainsi que la traditionnelle minute de silence

Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules

 

 

 

 

 

 

 

Petit détour dans une toute petite salle en haut de la salle du sable histoire de s'amuser dans une étroiture...

Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules

 

 

 

 

 

 

 

Et pour terminer notre parcours, direction la voûte mouillante

Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules

 

 

 

 

 

 

 

 

17H30, il est temps de faire demi-tour

Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules
Régaï de Neoules

 

 

 

 

 

 

 

 

18H15 : Enfin dehors. Heureusement qu'on est mouillé car il fait super chaud !!!

Régaï de Neoules

 

 

 

 

Excellente sortie avec cette équipe de joyeux lurons. Tout le monde est enchanté de cette découverte du milieu souterrain.

 

 

TPST : 2H30

Published by Jean-Claude - dans SPELEO
commenter cet article
15 mai 2016 7 15 /05 /mai /2016 00:07

MESURES DE GAZ

&

SORTIE INITIATION

 

MARAMOYE

 

Samedi 14 mai

 

 

Participants :

 

Patricia & Jean-Claude

Marie, Nolwenn et David

 

 

A la demande de Nolwenn, ancienne membre du club, et de passage sur Toulon pour 1 semaine, nous avons organisé une petite sortie spéléo. Nolwenn voulait également faire découvrir cette activité à son copain David qui n'aime pas trop les étroitures. Mis à part le réseau des 3 chatières, Maramoye devrait faire l'affaire.

Marie, qui a déjà fait quelques sorties avec nous, s'est jointe au groupe.

 

Par la même occasion, nous en avons profité pour réaliser la campagne de mesures des gaz du mois de mai pour le CDS83.

 

Nous ne sommes que 5. Donc, rendez-vous tranquile à 10H à Solliès-Toucas.

 

Arrivés sur le plateau, nous commençons par les démonstrations d'utilisation du matériel de progression sur corde : petit rappel pour certaines et vrai apprentissage pour David.

 

Maintenant, place à un petit moment de convivialité avec un bon petit pique-nique.

 

Maramoye

 

 

12H30 : départ vers l'entrée de la cavité.

 

 

 

 

 

Je commence les mesures en surface : température, hygrométrie, O2 et CO2 et conditions météo.

 

Ensuite, j''équipe le puits d'entrée et David commence à stresser. Visiblement, il n'y a pas que les étroitures qui posent problème.

Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye

 

 

 

 

 

 

13H : Marie descend en 1er.

 

Afin de ne pas angoisser David trop longtemps, nous lui proposons de passer en second. Mais l'approche du puits est difficile. Du coup, je me pends sur la potence afin d'occulter un peu le vide et Patricia essaye d'appaiser son angoisse.

 

David tente une 1ère approche, puis une 2ème. Mais rien à faire.

 

Du coup je descend afin de poursuivre les mesures en bas et commencer à équiper la suite.

 

Nolwenn descend ensuite et Patricia continue à persuader David de se lancer.

 

finalement, rien à faire. Il reste en surface et va en profiter pour aller se ballader.

Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye

 

 

 

 

 

 

2ème série de mesures à l'entrée de la boite aux lettres.

MaramoyeMaramoye

 

 

 

 

 

 

Aller, c'est parti pour la progression souterraine.

 

 

Maramoye
Maramoye

 

 

 

 

Tout va bien. Les automatismes reviennent rapidement et nous arrivons au sommet du puits de l'Ours avec la 3ème série de mesures.

Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye

 

 

 

S'en est fini pour la partie verticale.

 

4ème série de mesures en bas du puits, descente de l'ébouli et 5ème série de mesures en bas.

 

Nous nous dirigeons vers le réseau des 3 chatières avec la 6ème et dernière série de mesures officielle.

 

Tout va bien. Le niveau de CO2 est correct et David n'est pas là. On va pouvoir poursuivre....

 

C'est parti pour la 1ère chatière...

Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye

 

 

 

 

 

Nouvelle série de mesures : c'est stable. On continue.

 

Et la 2ème chatière de suite après.

Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye

 

 

 

 

Encore une petite série de mesures : c'est toujours stable. On continue.

 

Petite vire tire-bras à franchire, puis petite désescalade et le lac de boue bien collante : Nolwenn n'a pas de bottes et n'a pas de rechange. Patricia, Marie et moi nous positionnons en ligne sur un coté et nous lui proposons de marcher sur nos pieds !!!

Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye

 

 

 

 

 

 

 

Après quelques dizaines de mètres de progression, nous arrivons à la 3ème et dernière chatière : la plus technique.

 

Ca passe sans aucun pb pour tout le monde.

Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous continuons la progression et arrivons au terminus de la galerie.

Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye

 

 

 

 

15H30 : Demi-tour.

 

Cette fois-ci, il faut passer la chatière en remontant. C'est un peu plus difficile mais aucun pb pour tout le monde.

Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye

 

 

 

De nouveau le lac de boue où nous proposons la même technique à Nolwenn. Mais sortir de cette bouillasse est difficile. Les bottes collent et restent au sol. Si on tire trop, on se retrouve vite pied nu !!! Du coup, Marie perd l'équilibre et se retrouve les fesses dans la boue !!!

 

De nouveau la main courante en profil montant : là ça tire vraiment sur les bras !!!

Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye

 

 

 

 

 

La chatière intermédiaire

Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye

 

 

 

 

De retour au pied de l'ébouli, Patricia tente l'escalade sur les cordes en place puis fait demi-tour en haut car ça continue sur une vire tire-bras...

Maramoye
Maramoye

 

 

 

 

 

 

On remonte l'ébouli tranquilement puis le puits de l'ours.

Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye

 

 

 

 

Patricia déséquipe.

MaramoyeMaramoye

 

 

 

 

Retour à l'air libre après la sortie de la boite aux lettre

Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye

 

 

 

 

 

Et pour terminer le grand puits

Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye
Maramoye

 

 

 

 

 

TPST : 5H

 

 

Nous retrouvons David à la voiture. Il a fait un peu de jogging et une belle balade dans les alentours, ainsi qu'une petite sieste...

 

 

Excellente journée

Published by Jean-Claude - dans SPELEO
commenter cet article
12 mai 2016 4 12 /05 /mai /2016 18:06
12-05-2016 : Il est arrivé !

Le voici, le voilà ! Tout frais sorti des rotatives : 40 pages d'aventures tropicales, avec des grottes, une rivière souterraine mystérieuse, et milles rebondissements.

Réservez votre exemplaire dès aujourd'hui !

Livraison possible ce WE en marge de l'assemblée générale de la FFS à MACON...

Published by ACV
commenter cet article
22 avril 2016 5 22 /04 /avril /2016 18:54

C'est une belle journée ensoleillée. Un temps idéal pour aller sous terre !

Denis se joint à nous pour une petite balade souterraine à but entomologique.

L'objectif annoncé est de repérer quelques endroits dans cette cavité où Catherine souhaite organiser un prochain stage de bio-spéléologie.

Il y a plusieurs véhicules sur le parking lorsque nous arrivons : sans doute un groupe conséquent.

Nous nous changeons à l'entrée de la cavité et commençons nos recherches dans la première salle.

C'est déjà tout un zoo que nous découvrons : moustiques et araignées ont colonisé les parois.

Cathy fait chauffer le TG4 et flashe à tout va.

La lumière du jour est toujours visible aussi décidons nous de pénétrer plus loin.

La première galerie à gauche, à environ 30 mètres de l'entrée, est utilisée habituellement pour stocker les sacs pendant la visite de la cavité. J'y ai déjà donné un coup d’œil rapide, mais je n'ai jamais poussé la visite au delà du premier rideau de concrétions.

Il a plu récemment et les gours sont encore pleins d'eau. Une fine couche de calcite flotte à leur surface. Des points blanc caractéristiques attirent mon attention. Je chausse mes lunettes (expression ô combien bizarre). C'est bien des collemboles. quelques dizaines de spécimens s'ébattent paresseusement sur la calcite flottante.

Denis nous précède pour la suite de la visite. Nous prenons bien garde de ne pas toucher les capteurs de niveau d'eau posés par nos camarades du projet "Eaux souterraines" lancé par Fabrice (voir dans les messages précédents).

Après quelques mètres de reptation, nous pouvons nous relever dans une courte galerie.

Je peux y filmer un petit coléoptère et un gros scolopendre qui squattent une faille de la paroi. Cathy et Denis allongés plus loin observent un autre coléoptère, des limaces, des araignées et des grillons.

Tempus fugit : Il est déjà temps de plier nos gaules et de rentrer.

Cette première reconnaissance laisse présager un futur stage riche en observations.

A suivre...

M@rcel

17 avril - Le ragaie de Neoules : entomologie souterraine
17 avril - Le ragaie de Neoules : entomologie souterraine
17 avril - Le ragaie de Neoules : entomologie souterraine
17 avril - Le ragaie de Neoules : entomologie souterraine
17 avril - Le ragaie de Neoules : entomologie souterraine
17 avril - Le ragaie de Neoules : entomologie souterraine
17 avril - Le ragaie de Neoules : entomologie souterraine
17 avril - Le ragaie de Neoules : entomologie souterraine
17 avril - Le ragaie de Neoules : entomologie souterraine
7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 23:37

SORTIE DECOUVERTE

 

Grotte des Rampins

 

Mercredi 6 avril

 

 

---------------------

Participants :

 

Cadres : Cathy, Marcel, Patricia et Jean-Claude

Autres : 24 enfants de La Londe avec 2 éducateurs sportifs

---------------------

 

 

 

Tout commence par un petit briefing pour expliquer la formation des grottes, la fragilité et la préservation du milieu souterrain ainsi que pour donner les consignes de sécurité.

 

Les Rampins

 

 

 

Après 5 minutes de marche, nous arrivons à l'entrée de la cavité. Le grand moment est arrivé....

 

Le parcours est varié :

marche,

ramping,

escalade,

désescalade,

passages aquatiques,

étroitures....

 

Les Rampins
Les Rampins
Les Rampins
Les Rampins
Les Rampins
Les Rampins
Les Rampins
Les Rampins
Les Rampins
Les Rampins

 

 

 

 

 

Après 1H15 de parcours, nous voici arrivé au terminus de la visite dans la salle du cahos.

 

Il est temps de reprendre des forces avec quelques crocrodiles et de faire la traditionnelle minute de silence dans le noir le plus total.

Les Rampins

 

 

 

 

 

 

Après une quinzaine de minutes de pause, c'est le moment de faire demi-tour et de revenir par le même chemin.

Les Rampins
Les Rampins
Les Rampins
Les Rampins
Les Rampins
Les Rampins
Les Rampins
Les Rampins
Les Rampins
Les Rampins
Les Rampins
Les Rampins

 

 

Après 2H30 de ballade souterraine, nos petits explorateurs ressortent enchantés mais très boueux....

 

 

Une excellente journée qui a permis à 24 enfants de 8 à 10 ans répartis en plusieurs groupes de découvrir notre passion : le milieu souterrain.

Published by Jean-Claude - dans SPELEO
commenter cet article
24 février 2016 3 24 /02 /février /2016 07:52

Les élèves de trois établissements Varois étudient les eaux souterraines en milieu karstique.

Avec l’aide de scientifiques et de spéléologues, les élèves vont devoir comprendre les règles qui régissent l’écoulement de l’eau sous terre dans le massif du Pilon Saint Clément.Pour cela, ils utilisent les données obtenues sur le terrain. Des sondes automatiques enregistrent régulièrement la pression, la température et la conductivité électrique de l'eau.

Des capteurs de pollution conçus par les élèves permettent de qualifier la qualité de l'eau et de quantifier quelques polluants.Ils réalisent des modèles analogiques d’aquifère et expérimentent sur ces modèles afin de caractériser l’impact anthropique sur l’eau souterraine.

La nappe phréatique constitue à la fois un milieu de vie fragile, une ressource vitale pour les habitants et un enjeu économique.

Comme promis pendant l'AG du club, quelques petits liens :

- le wikispace (en construction du projet "eaux souterraines"

- la petite vidéo réalisée avec les élèves

Published by ACV
commenter cet article
23 février 2016 2 23 /02 /février /2016 21:40

En décembre dernier, j’ai participé avec Marcel et une quinzaine de spéléologues des différents clubs de la région Q à un stage « découverte » de la bio spéléologie organisé par le CDS 83 et encadré par des membres de la commission bio de la FFS, Josiane Lips, Bernard Lips, Christian Dodelin et Marcel Meyssonier.

C’était un aspect du monde souterrain complétement inconnu pour moi et ma connaissance se limitait à reconnaitre une araignée (8 pattes) un moustique (6 pattes) un spéléologue (4 pattes) et un Balingsasayaw , petite hirondelle troglophile des Philippines (2 pattes). Bref, vous l’aurez compris, j’étais complétement inculte en la matière.

Ce stage se déroulait sur un week-end, partagé en quatre étapes. La première étape se déroulait sur le terrain, une mine près de Mazaugues. Elle consistait à capturer de petits animaux dans des flacons en plastiques rempli d’alcool à 95% à l’aide d’un aspirateur entomologique, ou dans la macro d’un appareil photo.

STAGE BIOSPELEOLOGIE DE DECEMBRE 2015

La cadence était infernale, une demi-heure au mètre. Nous étions tous le nez sur la paroi ou accroupis à soulever de vielles souches ou détritus, à scruter une petite flaque d’eau, à puiser de l’eau, à voler des crottes de vers, à interpréter des empreintes de pattes (hélas ! je n’ai pas vu les empreintes des pattes (4) du renard) ... De temps en temps, l’écho soufflait : « Collembole, Diplopode, Chilopode, Coléoptère, Lépidoptère, Crustacés, … Plus tous les noms que je n’avais pas retenu tant la cavité était riche en bio diversité. Nous nous déplacions, tels des équipiers d’un voilier, gitant tantôt à gauche, tantôt à droite, avides de faire connaissance de ses petits êtres vivants, certains vraiment petits, 1 à 2mm, voir moins. Seuls les yeux des experts ici présents nous ont permis de profiter de tout cet environnement faunique.

Trois heures étaient passées, déjà ! Pour cette première partie, j’avoue que je n’avais pas été très coopérative dans la collecte des animaux car j’exprimais une certaine réticence à tuer nos amis les bêtes d’une cirrhose éthylique foudroyante. Mais je reconnais que grâce aux captures des autres participants, la deuxième partie de ce stage a été riche en découverte et en images.

STAGE BIOSPELEOLOGIE DE DECEMBRE 2015

Pour déterminer et répertorier les différentes espèces de cette cavité, nous étions installés dans le gîte « ferme pédagogique » de Belgentier. Les organisateurs n’avaient pas lésiné sur le matériel. Pratiquement tous les stagiaires avaient une loupe binoculaire, des soucoupes pour déposer leur butin, des aiguilles, des pinces, ... et une chaise. Les premiers moments furent un peu fastidieux car ce n’était pas évident de régler ces engins. Au premier contact, du blanc … flou, oui, flou. Au fur et à mesure de mes tentatives et de mes hasards ce blanc devenait de plus en plus net au point de voir la matière de la loupe et même des grains noirs. Mes doigts tournaient la coupelle. Soudain ce fut le suspens, j’avais l’impression d’apercevoir une antenne segmentée… Je continuais d’orienter la coupelle vers l’objectif … une deuxième antenne, une tête avec deux petits points noirs, un thorax avec des pattes, un abdomen avec une espèce de fil dessous… Six pattes ! Sans ailes ! Ah je savais, c’était un insecte aptère ! C’était mon petit Collembole que j’avais vu dans mon bouquin « Guide des insectes » Dr Wolfgang Dierl, Werner Ring, je me rappelais des « Puces des glaciers », petit collembole noir. Mais il y en avait aussi sous terre des Collemboles ???!!! Josiane précisa que le Collembole ne faisait plus parti du groupe des insectes, toujours du groupe des « Entognatha » devenu un groupe à part entière (Une information qui peut servir, -gnathe du grec ancien γ ν α ́ θ ο ς « gnathos » signifie mâchoires, soit pour les Entognatha : animaux dont les pièces buccales sont invisibles de l’extérieur)

STAGE BIOSPELEOLOGIE DE DECEMBRE 2015

Nous passions de l’infiniment petit à l’infiniment grand. Et nous jouions parfois aux chaises musicales sans la musique, en tournant autour de la table, au fur et à mesure des découvertes de chacun pour regarder tantôt la trompe hélicoïdale d’un papillon, tantôt les deux cerques (appendices situées à l’extrémité de l’abdomen) d’un grillon, tantôt les haltères (organes dérivés des ailes nommés aussi balanciers) d’un moustique, tantôt la furca (organe ventral qui permet le saut) d’un Collembole, tantôt l’élytre (aile protectrice) du coléoptère, tantôt la transparence du crustacé aveugle le Niphargus, tantôt un œuf dans la turricule (pelote fécale de Lombric), tantôt les deux antennes pluri segmentées d’un Chilopode, espèce de mille-pattes (Tiens plus de 20 pattes celui-là !!!) etc.,… mais pour moi, le clou de cette collecte fut l’araignée sans yeux (voir photo). Toute cette belle population fut regroupée par familles, dénombrée et mise dans des petits tubes en plastique étanche puis étiquetée et insérée dans le répertoire de Josiane.

Cette deuxième partie nous avait pris toute l’après-midi. Ah oui ! J’ai oublié de préciser ! Il y avait une cinquième partie dans le stage qui ne suivait pas l’ordre chronologique mais qui était incontournable pour la cohésion du groupe.

STAGE BIOSPELEOLOGIE DE DECEMBRE 2015

Pendant que nous nous affairions au-dessus de nos loupes binoculaires, nos narines étaient alléchées par une bonne odeur de légumes épicés, car Laura, secondée par Zeitoune, nous préparait un excellent couscous, ingrédient indispensable à cette cinquième partie. Nous étions enthousiastes et bavards lorsque nous nous sommes installés autour de la table, après l’apéro bien sûr, pour savourer ce délicieux diner. Une chance, nous avions échappé au burger aux vers grillés…. Nous terminerons cette excellente journée par la projection du diaporama des photos prises sous terre et celles prises avec le téléphone de Marjorie Ughetto, notre naturaliste régionale.

STAGE BIOSPELEOLOGIE DE DECEMBRE 2015

La troisième partie se déroula une fois de plus sur le terrain, dans une cavité près de Mazaugues. Nous visitions les galeries à la recherche d’animaux. Certains étaient observés et prélevés pour être mis dans les petits tubes, d’autres étaient photographiés pour venir compléter la galerie. La particularité de cette séance fut l’utilisation du thermomètre pour comparer les différences de température entre les diverses galeries et observer la faune présente.

En dernière partie, Christian DODELIN projeta un diaporama de la commission FFS sur la vie des chauves-souris (Chiroptères), le comportement et la reconnaissance de ces petits mammifères volants (2 pattes). Il attira particulièrement notre attention sur leurs oreilles, leur forme et la place de leur tragus. Leur position permettait de les déterminer. Idem sur la posture caractéristique du Rhinolophes suspendu, qui s’entoure dans ses ailes l’hiver. Et la tache blanche du Grand Murin. Sa conclusion fût naturellement sur la protection des Chauves-souris en forme de mise en garde contre la surprotection par la fermeture des grottes qu’elles côtoient.

STAGE BIOSPELEOLOGIE DE DECEMBRE 2015

Cela m’a rappelé une petite anecdote qui s’étaient passée lors de notre expédition à Sulawesi en Indonésie, avec notre ami Jafar qui nous avait amené devant un puits de 20 mètres d’une cavité bien concrétionnée mais surtout habitée par une colonie de chauve-souris. Nos guides avaient mis une appétence particulière pour apprendre la technique de descente sur corde et nous avions vite compris pourquoi. A peine arrivés dans la jolie salle, ils se sont armés de bâtons et ont tapé dans le tas de chauve-souris qui prenaient la fuite. Nous, spéléologues français, étions tous déconfits… Ils avaient mis le même entrain à apprendre la remontée sur corde, pressés d’apporter leur butin à leur famille. Le soir, ils nous avaient gentiment proposé de partager leur festin mais ce fût par respect de l’éthique fédérale que nous avions refusé… (N’empêche que j’en aurais bien gouté un petit morceau, cela m’aurait changé des soupes chinoises). Ah ! Elles en ont de la chance, nos petites chauve-souris françaises, de ne pas avoir deux bâtons qui les attendent, à la tombée de la nuit, derrière les barreaux protecteurs de leur entrée de grotte ….

STAGE BIOSPELEOLOGIE DE DECEMBRE 2015

A la fin de ce stage nos intervenants offrir à chaque club le « guide des Cavernicoles »’de la Réserve Naturelle Régionale des Gorges du Gardon, (livre dans lequel nous retrouvions les espèces cavernicoles aperçus dans les cavités de Mazaugues) ainsi qu’un beau poster FFS sur la biodiversité du monde souterrain. Et pour ne pas perdre le contact, ils nous proposèrent de nous inscrire sur la liste « biospel » de la commission bio FFS. Nous étions tous repartis, ravis et munis de notre clé USB chargée de photos de nos discrets compagnons cavernicoles.

STAGE BIOSPELEOLOGIE DE DECEMBRE 2015

Aujourd’hui, grâce à ce stage, j’ajoute à ma connaissance des animaux de 10 à 14 pattes, les Crustacés (de la mer, Niphargus et cloporte sur/sous terre), des animaux à plus de 20 pattes les myriapodes dont les Chilopodes, les prédateurs, ceux qui ont une paire de pattes par segment, et les Diplopodes, ceux qui ont deux paires de pattes par segment (« pour courir plus vite que les prédateurs » m’explique Marcel). Par contre pour les oreilles des chauve-souris je n’ai pas tout saisi mais j’ai trouvé un site intéressant et ludique dont voici le lien http://www.gmb.asso.fr/PDF/CleDetermChssBretagne.pdf.

Crédit photos membres du stage, Aurélie, Marjorie, Bernard et Marcel

Catherine

STAGE BIOSPELEOLOGIE DE DECEMBRE 2015
Published by ACV - dans SPELEO
commenter cet article
19 janvier 2016 2 19 /01 /janvier /2016 20:17

Le stage de bio-spéléologie organisé récemment par le CDS 83 a fait naitre des vocations.

Cathy s'est abonnée à un forum spécialisé sur la biospéléologie.

Elle nous fait profiter des informations collectées sur le forum :

Une vidéo de 13 minutes très instructive sur l'adaptation des animaux aux conditions souterraines :

https://vimeo.com/151490652

A bientôt,

Published by ACV
commenter cet article
10 mai 2015 7 10 /05 /mai /2015 16:37

Nos amis Joni et Zar ont réalisé un petit montage avec les images collectées pendant la première partie de l'expédition :

https://www.youtube.com/watch?v=qDrTlbrv2Lw

Bon visionnage..

Published by ACV
commenter cet article
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 13:55

22 Mars 2015 : Déjà 19 jours passés aux Philippines. Dans 15 jours nous serons de retour à Manille.

 

joni 2x4 final

 

La première semaine a permis à Gilloul de s'acclimater et de découvrir les spécificités de cette belle contrée : la chaleur, les jeepneys, la nonchalance des gens, la San Miguel Beer.

 

RIMG0036

 

Zar qui  avait partagé nos aventures en 2009 et 2011 nous accueille dès notre arrivée à l'hôtel. C'est l'occasion de partager quelques souvenirs de spéléo autour d'une assiette de riz et de calamars arrosée de bonne humeur.

 

Le lendemain nous reprenons l'avion pour TACLOBAN. Joni et sa petite famille nous y attendent armés d'une banderole de bienvenue et de colliers de fleurs.

 

philippines 0927

 

Nous découvrons les vestiges de l'ouragan de 2013 qui a ravagé la ville et les alentours. De nombreuses habitations sont encore ravagées mais, si la vie reprend le dessus petit à petit, il reste encore des milliers de victime.

 

RIMG0124

 

Le 7 nous sommes enfin à Catbalogan. Nous avons l'autorisation du Parc naturel national de SAMAR (SINP). Joni a des clients pour une descente de Bangon Canyon. Gilloul sera de l'aventure et Cathy fera la couverture photo depuis la berge du canyon.

 

RIMG0150

 

Le 9 tout est enfin prêt et nous pouvons partir pour POTONG et la forêt primaire où se cache le porche de MAWOYOG.

La météo semble stable. Quelques pluies quotidiennes sont annoncées mais pas de tempête tropicale à l'horizon.

 

P1000034

 

Notre équipe est complétée par Bam-Bam et Oscar, deux spéléologues de Borongan. Bam-Bam a déjà participé à l'exploration de Mawoyog en 2013.

 

Le 10 Nous faisons l’approche : 5 heures de marche et nous installons le camp de base à 100 mètres en amont du porche de Mawoyog.

 

philippines 1823

 

Le 11 c'est la première exploration. Nous descendons en posant les cordes nécessaires à la progression en toute sécurité dans le canyon souterrain. Il n'est pas question de se laisser piéger par une brusque montée des eaux. Nous atteignons presque notre ancien terminus mais l'équipement a pris beaucoup de temps et nous nous contentons d'explorer un affluent entrecoupé de voutes mouillantes où il ne ferait pas bon de se trouver en cas d'orage...

philippines 2051 

philippines 2620philippines 2648 

 

Le 12, nous avons la surprise de voir nos porteurs déserter le camp. Sans mot dire, ils ont remballé leurs affaires et ont disparus les uns après les autres. Nous ne saurons jamais pourquoi. Joni nous suggère que les horaires des repas étaient trop aléatoires... Nous envoyons Bam-Bam et Oscar trouver 3 autres porteurs pour garder le camp pendant nos explorations. Pendant ce temps nous décidons de rester aux alentours du camp. Gilloul décide de remonter vers l'amont de la rivière. Il revient à la nuit avec une bonne nouvelle : la moitié du volume de la rivière vient d'une grotte qui résurgent environ 1 km en amont.

 

P1000105 

 

le 13, nous reprenons l'exploration de Mawoyog. Nous atteignons en 2 heures le terminus des explorations de 2013. La galerie se poursuit, de plus en plus grande. 300 mètres plus loin, tout le flot se déverse bruyamment dans une cascade qui alimente une vasque bouillonnante. Nous en apercevons une autre dans le faisceau puissant de nos lampes.Une escalade en rive gauche donne accès à une vire qui nous permet de poser une corde. Trop courte ! Nous devrons revenir.

philippines 2237

philippines 2199

philippines 2308

 

Le 14. C’est un moment clé. Nous devons organiser un ravitaillement car la grotte semble vouloir continuer au-delà de nos espérances. Bam-Bam et Oscar sont volontaires désignés d'office pour aller faire des courses et recharger les accus de nos lampes. Gilloul et Cathy remontent en amont de la rivière vers la "grotte à Gilloul". Je reste au camp pour reposer ma cheville.

 


philippines 2546

 

Le 15. Grosse explo aujourd'hui. Nous avons réquisitionné toutes les cordes et toutes les dyneema utilisées dans le camp de base (étendages, hamacs). Gilloul remplace la corde trop courte. A la base du puits, Un nouvel affluent enrichi la rivière. Nous parcourons environ 400 mètres et descendons encore plusieurs cascades impressionnantes avant de buter sur le Siphon tant redouté ! L’exploration de l’affluent bute sur une escalade mais le courant d’air est là et il est quasiment certain qu’une nouvelle entrée reste à décovrir. Nous remontons en levant la topographie.

 

RIMG0208

 

Le 16 : Pas de répit : Nous partons explorer la "grotte à Gilloul". Beaucoup d'eau, Une grande salle concrétionnée, un beau méandre aquatique de 600 mètres.  

 

philippines 2186philippines 2484

 

Le 17 : Nous profitons du camp de base. C’est la fin. Demain nous déséquiperons Mawoyog.

 

Le 18 : Deséquipement et Topographie de tous les affluents reconnus dont un qui permet de rejoindre la surface. Il y a encore tant à découvrir dans ce secteur.

 

D’après nos calculs, la résurgence est encore à 5 km et et  200 mètres plus bas que le siphon qui nous a arrêtés. Combien d’entrées nous reste-t-il à explorer dans cet immense réseau qui pourrait devenir le plus profond des Philippines.

 

philippines 2709philippines 2750

 

Le 19 : Retour à la civilisation. Réveil à 5h00 du matin. Pliage du camp, 5 heures de marche pour rentrer à Potong. Nous avons juste le temps de dire au revoir à Bam-Bam avant que le bus nous emporte vers Catbalogan.

 

Bye-Bye Mawoyog ! Rendez-vous en 2017 !

 

Le 21 : Gilloul se joint à Joni pour encadrer un groupe de touristes dans Lobo cave.

 

Dès demain nous repartons en forêt pour quelques jours et explorer un nouveau secteur au nord de Catbalogan. Guido ROSSI, en avant garde de la toute prochaine expédition italienne se joindra à notre équipe.

 

Gilloul, Catherine & Marcel

Published by ACV - dans SPELEO
commenter cet article

Le bureau

Denis 2

Président :

KNECHT Denis     
    
Secrétaire :

PASCOUET Jean-Claude
Trésorier :

PAUL Marcel

 

Vice Présidente :

BOURLON Patricia
      

Secrétaire adjoint :

 

MOURAU fabrice

 

Pour nous contacter :

contact@avenclub83.fr

Programme

Articles Récents